Archives pour la catégorie Rapports 2015

Rapport d’activités 1er semestre 2015

1) Contexte et environnement du projet

Le projet d’hébergement et d’accompagnement des enfants en situation de rue de l’association Jeunes au Soleil à Kinshasa continue de se dérouler. Les enfants « dans la rue » et « de la rue » sont toujours présents notamment dans le district de Tshangu et à Masina, lieu d’installation de la Maison Jeanne-Thérèse.

Au cours du semestre, le projet n’a pas toujours été mis en œuvre facilement. En effet, le retard dans le financement (intervenu après trois mois) d’un bailleur demande un préfinancement à la structure qu’elle ne peut assurer si longuement. Certaines activités peuvent en souffrir comme notamment le soutien de famille dans le cas de réunification. De plus, le contexte de change entre l’euro et le dollar supprime presque un quart du budget de ce bailleur, celui-ci ayant été établi en dollars. Cela demande aux responsables de faire des choix d’activités et de solliciter d’autres sources de financement.

De par la fermeture d’un centre proche de Jeunes au Soleil, la maison Jeanne-Thérèse a accueilli une dizaine d’enfants en grande majorité des filles. Au milieu du semestre le nombre d’enfants de trente a demandé une gestion rigoureuse des relations entre eux. La mixité dans un établissement hébergeant des jeunes en difficultés sociales et ayant eu des expériences très dures dans la rue, n’est pas une tâche éducative aisée.

Au début du semestre, un agent a quitté son emploi, il a été remplacé par un autre éducateur. L’ensemble de l’équipe éducative est jeune et demande de bénéficier d’une formation continue, ce que font les responsables de la structure.

L’association a trouvé un nouveau petit financement de six mois auprès de la Caritas Allemande pour la prise en charge alimentaire des enfants. De plus elle a été soutenue ponctuellement pour ses activités culturelles et théâtrales. Cela lui a permis de renforcer son travail sur ce plan et de se produire à deux reprises : fin mai (au sein de la structure devant plus de 150 personnes amies, voisines, autorités, partenaires et autres) et fin juin à l’occasion de la Journée de l’Enfant Africain (devant presque 500 personnes du district de Tshangu).

Enfin, sa collaboration avec une ONG médicale permet de renforcer son approche par le biais sanitaire auprès des enfants de la rue.

Grâce à un financement du Consortium, complété par d’autres apports, une nouvelle salle a été construite à l’arrière de la parcelle et le bloc sanitaire complètement repensé et réhabilité. Les travaux se sont terminés au cours de ce premier semestre.

 

2) Réalisations

Le travail dans la rue, sur les sites et marchés que fréquentent les enfants, continue, 27 nouveaux enfants ont été identifiés au cours de ce semestre. Parmi eux il y a six nouvelles filles. Pour tous des enquêtes exploratrices sont faites. Certains peuvent être admis à l’hébergement si leur situation est complexe et qu’ils ont moins de 12 ans.

Depuis le mois de janvier, il y a une moyenne de 25 enfants hébergés au centre dont huit filles. Le travail d’accompagnement psychosocial en mixité n’est pas toujours facile : les enfants ayant connus des situations dures dans la rue.

Depuis 6 mois, la maison Jeanne-Thérèse a accueilli 29 nouveaux enfants dont trois ont fuit dès les premiers jours de leur hébergement et une fille a voulu retourner dans son ancien centre.

Une moyenne de 40 descentes mensuelles sur le terrain se fait pour 15 à 20 enfants. Le travail d’enquêtes est une priorité dans les objectifs de l’association. Cependant, selon les situations des familles des enfants, les conflits qui existent… il faut accentuer les descentes et là le budget alloué est parfois insuffisant.

Huit enfants dont trois filles ont été réunifiés ce semestre. Le service d’enquête s’assure que l’enfant et sa famille sont bien prêts à se retrouver et vivre ensemble quel que soient les conditions économiques et matérielles. Il veut éviter les rechutes même si celles-ci sont aussi liées à la liberté humaine des uns et des autres. Pour cela, les enquêteurs suivent régulièrement les enfants qui sont retournés vivre dans leur famille. Certains d’entre eux sont appuyés scolairement ou dans le cadre d’un apprentissage professionnel.

Tous les enfants hébergés à Jeunes au Soleil sont dans un processus d’apprentissage qui va de l’alphabétisation à la formation professionnelle en passant par la scolarité.

Certains des enfants en primaire ont très bien réussi leur année (82%, 79%, 86%…).

Jeunes au Soleil a mis à disposition de la coordination de Jeunes au Soleil Kinshasa un moyen de locomotion en bon état.

 

3) Conclusion et perspectives

Le projet de l’association Jeunes au Soleil continue de se réaliser au fil des mois et un travail éducatif se fait sur le terrain : accompagnement psycho-social, orientation, scolarisation, enquête et réunification.

Avec le partenariat actuel sur le plan médical, l’association Jeunes au Soleil a commencé à être repérée par les autres associations membres du REEJER qui envoient certains enfants se faire soigner. Avec ses activités socio culturelles, l’association veut aussi se faire connaitre et avoir ainsi une activité d’autofinancement.

Fait à Kinshasa le 5 Juillet 2015

BAMPETA Richard

Président