Archives pour la catégorie Rapports 2014

Rapport d’activités 4ème trimestre 2014

RAPPORT QUATRIEME TRIMESTRE 2014

Ce quatrième trimestre 2014 est marqué par plusieurs évènements pour l’association que ce soit au niveau de la vie quotidienne des enfants, de l’animation ou encore des chantiers de réhabilitation.

En effet, JOS s’est battu pour avoir quelques miettes du financement de la Banque Mondiale par le biais de l’Unité de Gestion du Projet Enfants dits de la Rue. Malheureusement ce projet s’est arrêté suite au désaccord entre Save the Childrens et l’UGP. Nous avions continué à lutter jusqu’à obtenir le transfert de douze enfants dans le centre de Masina qui avait obtenu les financements !

Jeunes au Soleil a reçu des financements pour la réhabilitation de ses locaux en particuliers des sanitaires et les travaux ont commencé au mois de décembre.

Enfin plusieurs temps de rencontres et fêtes ont eu lieu à diverses occasions : la journée internationale des droits de l’enfant, les fêtes de Noël et de fin d’année.

Les enfants :

Au 31 décembre 2014, nous affichons :
–       Ce trimestre, 7 enfants ont été admis au centre
–       8 enfants ont été réunifiés dans leur famille
–       13 ont été réorientés vers un autre établissement
–       6 ont fugué et ne sont plus revenus. Il faut spécifier que les enfants qui fuguent, sont principalement les enfants en conflit avec la loi placés par le juge pour enfants. En effet, il ne s’agit pas d’une vraie fugue car ces enfants retournent eux-mêmes en famille.

Les enfants ont joué leur pièce de théâtre le 27 novembre à l’occasion de la cérémonie de clôture de la semaine de la réussite organisée par le REEJER en présence des autorités de la place (ministère des Affaires Sociales…) de différents bailleurs de fonds (Banque Mondiale, Unicef, Ambassade de France…).

Cette semaine était dans le cadre de la commémoration de la journée internationale du 20 novembre sur les droits des enfants.

A l’occasion de Noël et de la fin d’année, les enfants ont reçus plusieurs invités comme la troupe de théâtre de la chaine télévisée Raga, des amis français pour des jeux et un goûter…

L’équipe :

Elle a été réduite au 31 octobre à la fin du financement par la Banque Mondiale. Il n’en reste pas moins que la structuration demeure et que le travail auprès des enfants continue. Elle est éclairée lors de certains temps de réunion par l’apport d’un psychologue qui intervient dans la structure.

A la fin de cette première année complète de présence du coordinateur, on peut dire que l’équipe a acquis davantage de professionnalisme et profite de l’expérience de la direction.

Le matériel et travaux

Les financements attendus pour des travaux de réhabilitation sont arrivés ce trimestre et les travaux ont pu démarrer. Ils seront terminés en 2015. Jeunes au Soleil remercie particulièrement Apprentis d’Auteuil, le Secrétariat Social de Marseille, Vincent Demander et ses musiciens pour les fonds apportés.

Une nouvelle salle sera disponible, les sanitaires seront propres et fonctionnels, la cuisine améliorée.

La question de l’espace demeure cependant : il manque des bureaux administratifs (avec du mobilier adéquat) et des pièces de travail (entretiens psychologiques…)

Sur la question du matériel, n’oublions pas de préciser que la voiture est toujours en attente d’être remise en état. Nous remercions Jeunes au Soleil Paris d’avoir fourni un nouvel appareil photographique et nous les sollicitons de nouveau pour un ordinateur portable de qualité pour la coordination.

Partenariat

Une convention de collaboration a été signée avec une association médico-sociale (CSMS) ce qui permet aux enfants de se faire soigner gratuitement au sein du centre (une infirmière est présente trois fois par semaine). Ce partenariat permettra une ouverture aux différentes structures membres du REEJER et proches de la Maison Jeanne-Thérèse, de pouvoir faire bénéficier de ce service aux enfants qu’ils encadrent.

De nombreuses démarches auprès de l’évêché ont été entreprises pour avoirr une lettre de soutien de l’Archevêque de Kinshasa en vue d’obtenir le financement de la Caritas allemande, Misereor.

D’autres démarches administratives ont été entreprises pour que le Ministère des Affaires sociales délivre à l’association Jeunes au Soleil un certificat d’enregistrement. Pour obtenir l’arrêté ministériel, nous devons attendre la nomination d’un ministre des Affaires Sociales, dont le siège est actuellement vacant.

Les finances :
Pour l’année 2014, Jeunes au Soleil a eu 38026, 46 dollars de dépenses réparties sur les postes suivants :
–       La masse salariale représente 49,10 % du budget total (18672 dollars)
–       Les frais d’administration représentent 6,22 % du total (2366,95 dollars)
–       Les frais d’entretien pour les enfants tels que l’alimentation, les vêtements, savon, soin de santé… représentent 25,75% du global (9790,67 $)
–       Les activités en faveur des enfants telles que la scolarité, les enquêtes, l’appui aux réunifications… représentent 14,94% du budget total (5681,55 dollars)
–       Enfin le divers (cotisation REEJER, démarches administratives…) font 3,99% du total (1515,29 dollars).
La ligne la plus importante est celle « alimentation » qui est revenue à 7694,57 $ (20,23 %)
Les frais de scolarité sont onéreux : 2886,29 $ soit 7,59 % du coût global.

A la vue du budget nous pouvons dire que la prise en charge d’un enfant aujourd’hui à Jeunes au Soleil coûte 131,68 $ par mois. Pour nourrir un enfant, il faut 50 $ par mois.
Pour son hygiène, ses vêtements, sa santé, il faut 5,33 dollars par mois.
Pour sa scolarité, ou sa formation, il faut 10 $ par mois.
Pour retrouver sa famille, négocier son retour et assoir la réunification il faut en moyenne 4,68 $ par mois.
La masse salariale pour accompagner l’ensemble du projet, les enfants accueillis et réunifiés demande 53 $ par enfant et par mois.Les frais administratifs représentent 8,67 dollars par enfant et par mois.

Conclusion

L’année 2014 a été riche en échange, prises de contact, premiers pas vers la constitution d’un réseau, formation des équipes, travail éducatif auprès des enfants.

L’association Jeunes au Soleil est connue dans le district de Tchangu, et reconnue dans le paysage social de Kinshasa.

L’année 2015 verra le renforcement et la continuité de tout ce qui a fait 2014. D’ores et déjà de nouvelles idées sont à l’étude telles que celles d’ouvrir un centre d’auto-école spécialement pour les enfants de la rue de plus e 15 ans, en lien avec des agents de la Police de la Sécurité Routière (PSR).

Fait à Kinshasa le 15 janvier 2015.

Richard BAMPETA, Président

Rapport d’activités 3ème trimestre 2014

L’association Jeunes au Soleil à Kinshasa continue ses activités en milieu ouvert et en hébergement pour les enfants de la rue de Kinshasa, le changement qui s’est fait et qui perdure est l’ouverture à la mixité. Dans un bref délai il sera nécessaire d’envisager la création d’un centre pour l’accompagnement des filles. En effet, la présence sur un même site des filles et des garçons constitue une difficulté pour un accompagnement psycho-social adéquat.

Une activité importante pour les responsables de l’association est la constitution d’un réseau, permettre son étendu, accroitre le carnet d’adresse local.

Enfin, aujourd’hui l’aspect matériel est un point qui devient crucial.

Les enfants :
Au 30 septembre 2014, nous affichons :
–       Ce trimestre, 22 enfants ont été admis au centre (dont dix filles). Il y a donc 32 enfants hébergés à la Maison Jeanne-Thérèse de 5 à 17 ans dont :

  • 2 étudient la conduite de véhicules dans un centre professionnel à Kingasani
  • 1 étudie le théâtre, la musique à l’Espace Masolo à Masina Sans Fil
  • 2 étudient à l’école primaire Saint Vincent de Paul à N’Djili
  • 4 étudient à l’école primaire Mputu sur l’avenue ACP à Masina
  • 1 étudie au collège Mputu sur l’avenue ACP à Masina
  • 6 sont en cours d’inscritption en formation profesionnelle
  • 16 sont en cours d’alphabétisation, remise à niveau à la Maison Jeanne Thérèse.

–       Depuis juillet peu d’enfants ont été nouvellement contacté dans la rue, en effet l’éducatrice sur terrain était en congé et l’autre éducateur a été réaffecté à la Maison Jeanne-Thérèse. La Maison avait besoin d’un un agent supplémentaire pour la nuit.

–       14 enfants ont été réunifiés ce trimestre, d’autres ont été remis à leur famille par le biais du tribunal.

Les enfants ont pu s’exprimer à travers la présentation de leur pièce de théâtre à trois reprises ce trimestre. L’une d’elle s’est faite sur le terrain municipal de Masina à l’occasion de la journée internationale de l’enfant africain devant un millier de personnes.

Les vingt enfants les plus jeunes ont participé au mois d’août à dix jours de colonie. Ils ont été inscrits à la colonie organisée par une autre association (l’ORPER). Ils étaient ravis de ce temps autre, de détente, de jeux dans un ailleurs.

Depuis ce trimestre, le Tribunal pour Enfants envoie régulièrement des enfants en conflit avec la loi. Il s’agit d’enfants qui ont pu faire un petit délit, ils ont en général moins de 14 ans et le Tribunal ne veut pas les envoyer en prison. Parce que les familles ne sont pas présentes le jour de l’arrestation, l’enfant est placé au centre. Très vite, notre service d’enquête en collaboration avec les assistants sociaux attachés au tribunal, trouve les familles et l’enfant est réunifié.

Ce trimestre le nombre d’enfants réunifié a augmenté, en effet, nous avons accentué le travail du service d’enquête parce que ce travail nous semble très important pour la vie de l’enfant, l’élaboration de son projet personnel et l’accompagnement psycho-éducatif qui se fait.

Tous les enfants hébergés au centre sont orientés vers une formation. En fonction de leur niveau scolaire et de leur âge, certains sont entrés à l’école primaire, d’autres en formation professionnelle. Certains continuent de participer à l’alphabétisation quotidienne au centre. Cette activité demeure aussi pour ceux qui sont nouveaux au centre, le temps de les observer, qu’ils s’acclimatent et de trouver la bonne orientation. Enfin, pour certains dont la réunification est faisable, nous allons l’encourager en proposant aux familles de scolariser l’enfant à partir du domicile.

L’équipe :

L’organigramme interne de la structure a été réorganisé pour permettre plus de professionnalisme et augmenter l’exigence dans la qualité de travail.

Organisation JOS Kin 2014T3

Tout le personnel a un rôle éducatif auprès des enfants et sont éducateurs, mais plusieurs assurent des fonctions particulières comme l’intendance, les enquêtes, la surveillance de nuit.

Le financement de la Banque Mondiale par le biais de Save The Children avait permis d’augmenter le nombre du personnel. Celui-ci prenant fin le 31 octobre, un certain nombre d’entre eux devront quitter leur travail. La présence de deux stagiaires en stage professionnel va permettre à la structure de continuer d’assurer un travail d’accompagnement des enfants hébergés.

Nous signalons aussi que le couple permanent qui logeait au centre a déménagé ce mois de septembre pour acquérir un logement autonome (chez les Bampeta, momentanément). Le local libéré par le couple sert de magasin et dépôt de tous les biens de la structure.

Le matériel

Grâce à Save The Children, la maison Jeanne-Thérèse a maintenant 22 lits pour les enfants répartis dans deux dortoirs. L’un est pour les filles et l’autre plus grand est pour les garçons. Tous les lits ont des mousses convenables et des draps de lits.

La maison a été repeinte et le carrelage abimé refait. Le mur détruit a été aussi reconstruit. Le portail ferme aujourd’hui correctement.

La question de l’espace reste cruciale :
–       Il manque des bureaux administratifs (avec du mobilier adéquat)
–       Le bloc sanitaire doit être complètement repensé,
–       Il manque une pièce pour le vestiaire des enfants,
–       Il manque des pièces de travail : entretiens psychologiques, consultations de l’infirmière…
–       Le coin cuisine doit continuer d’être réaménagé pour plus de fonctionnalité.

Sur la question du matériel, n’oublions pas de préciser que la voiture est toujours en attente d’être remise en état. Par ailleurs, l’appareil de photo ne fonctionne plus. D’où, difficulté de prendre des photos pour les différents partenaires qui nous en demandent.
(N.B. : depuis un nouvel appareil photo a été acheté par JOS Paris et envoyé sur place)

Partenariat

La présence des responsables initiateurs du projet Jeunes au Soleil à Kinshasa depuis une année, donne un nouveau souffle à l’ensemble des activités. Aujourd’hui JOS est repéré dans le secteur de la protection de l’enfant comme une association dynamique qui œuvre sur le terrain des enfants en difficultés.

Nous pouvons citer ici de nombreux partenaires et collaborateurs au niveau local qu’ils soient nationaux ou internationaux :
–       La Division Urbaine des Affaires Sociales (DUAS)
–       La Division Sociale de la Protection de l’Enfant (DISPE)
–       Le REEJER et ses membres
–       Le Tribunal pour Enfants
–       L’Unité de Gestion du Projet « Enfants dits de la Rue » (UGP-EDR), financé par la Banque Mondiale
–       Save The Children
–       Misereor
–       World Child
–       L’Ambassade de France
–       Secrétariat Social de la ville de Marseille
–       Paroisses françaises
–       …

Le réseau s’étend progressivement c’est pourquoi JOS exige un travail éducatif de qualité auprès de l’équipe éducative.

Les difficultés

Trois difficultés majeures sont à signaler :
–       Incertitude des financements
–       Hébergement dans les mêmes locaux des filles et garçons
–       Espace à réaménager pour l’agrandir

Principales activités du trimestre à venir :
–       Continuer la prise en charge et les réunifications des enfants de la Maison Jeanne-Thérèse et de ceux des sites,
–       Continuer de constituer tout un réseau de partenaires et donateurs,
–       Finaliser un partenariat en lieu et place de celui de Save The Children,
–       Entreprendre des démarches administratives pour obtenir d’autres documents relatifs à l’association et la parcelle (cf. note circonstanciée de septembre 2014)

Les finances :
JOS Kinshasa a sollicité JOS Paris pour une allocation supplémentaire afin de régulariser un certain nombre de documents administratifs. Il lui a été accordé 1500 dollars qui s’ajoutent au budget initial.

Fait à Kinshasa le 30 septembre 2014.

Richard BAMPETA

Président

Rapport d’activités 2ème trimestre 2014

Au cours de ce deuxième trimestre 2014, l’association Jeunes au Soleil continue de s’organiser pour toujours mieux améliorer son action auprès des enfants de la rue de Kinshasa.

Le contexte économique et social du pays reste non favorable à la réduction du phénomène enfants de la rue. Le retour sur Kinshasa des « brigands » qui avaient immigré à Brazzaville insécurise beaucoup les plus jeunes enfants de la rue qui se cachent.

Le projet Jeunes au Soleil évolue et étant son réseau progressivement.

Les promoteurs du projet ont signé un contrat le 28 mai 2014, avec Save The Children ce qui leur permet de bénéficier d’un financement de la Banque Mondiale. Cela prend en charge l’alimentation, les frais de santé, un appui psychologique, des fournitures d’hygiène et quelques primes d’éducateurs.

Le passage en centre d’hébergement nécessite d’autres moyens matériels pour une meilleure prise en charge des enfants : amélioration des conditions d’hébergement (lits, mousses…) réfection et réhabilitation des différentes pièces de la structure.

Avec le nouveau financement, le nombre d’enfants s’accroit et les locaux deviennent inadaptés. Ils demanderaient d’être améliorés pour certains emplacements (cuisine) et d’être agrandit (sanitaire, lieu de rangement).

Les enfants :

Au 30 juin 2014, nous affichons :

–  Ce trimestre, 5 enfants ont été admis au centre (dont deux filles). Il y a donc 22 enfants hébergés à la Maison Jeanne-Thérèse de 6 à 17 ans dont :

  • 1 étudie au centre professionnel Dom Bosco à Masina
  • 1 étudie à l’Espace Masolo à Masina Sans Fil
  • 2 étudient à l’école primaire Saint Vincent de Paul à N’Djili
  • 18 sont en cours d’alphabétisation, remise à niveau à la Maison Jeanne Thérèse.

–       Chaque mois depuis avril, 8 à 9 enfants sont nouvellement contactés dans la rue.

–       5 enfants ont été réunifiés ce trimestre et une AGR (Activité Génératrice de Revenu) a été mise en place.

–       La formation professionnelle chez un artisan a été mise en place pour deux enfants réunifiés (mécanique et menuiserie).

Les enfants sont satisfaits des prestations qui leur sont offertes. Ils sont assidus aux cours d’alphabétisation mis en place au sein de la structure. Ils coopèrent facilement aux enquêtes programmées pour eux. Notre service d’enquête se met progressivement en place pour les enfants du milieu ouvert et fait aujourd’hui un bon travail.

Les enfants réunifiés sont aujourd’hui stables dans leurs familles. Certains ont connu des tensions, mais ils ont cherché l’éducateur chargé des enquêtes de la structure et les situations se sont apaisées. Un enfant a été réunifié dans sa famille à Kikwit. L’association est en pleine démarches administratives pour la réunification de deux enfants à Tshikapa. Tous les enfants de Jeunes au Soleil proviennent du secteur de Tshangu, la recherche des familles demande de se déplacer dans des directions lointaines et souvent très difficiles d’accès. S’il existe le taxi-moto s’est sans prix fixe et du coup la plupart des enquêtes sont onéreuses et demande davantage de temps que dans un autre secteur.

Deux enfants sont en maçonnerie au collège Don Bosco de Masina proche du centre, vu les faibles résultats, l’un d’eux a été orienté dans un autre centre pour une formation plus artistique (théâtre, musique et peinture). Pour cela, nous commençons une collaboration avec l’Espace Masolo, une autre association membre du REEJER qui forme les enfants de la rue, hébergés dans des centres. Deux autres enfants sont en primaire dans une école du quartier voisin, ils ont réussi leur année et passent dans la classe supérieure. Enfin, tous les autres enfants du centre ont commencé l’alphabétisation et la remise à niveau au sein de la structure avec un enseignant qui vient chaque matin à la Maison Jeanne-Thérèse. Il a fait des groupes de niveau avec les enfants, ces derniers sont tous motivés par cet apprentissage. Certains d’entre eux vont être orientés en septembre vers un centre de formation professionnelle.

L’équipe :

L’équipe de Jeunes au Soleil est aujourd’hui composée de neuf agents :

–       Une directrice,

–       Deux éducateurs-enquêteur,

–       Trois éducateurs sociaux attachés à la Maison Jeanne-Thérèse,

–       Un enseignant pour l’alphabétisation et la remise à niveau,

–       Deux éducateurs sociaux attachés au travail dans la rue : repérage et contact avec les enfants qui se trouvent sur les sites.

Le personnel de terrain ont dû s’adapter à leur nouvelle mission et ce trimestre a été leur temps d’adaptation.

Jeunes au Soleil a dû étoffer son équipe éducative pour répondre aux besoins d’accompagnement psychosocial des enfants dont le nombre croit et pour lesquels le partenaire Save The Children est exigeant quant à la qualité de prise en charge. Ce partenariat offre aussi des formations diverses pour l’ensemble de l’équipe : « communication non violente », « participation-recherche-action », « processus IDMRS (Identification-Documentation-Médiation-Réunification-Suivi) »…

La direction reste soucieuse pour un éducateur qui est en deçà du niveau requis. D’ores et déjà elle réfléchie comment l’orienter différemment.

La structure et son fonctionnement :

Fin avril 2014, nous avons eu la visite des agents du Ministère des Affaires Sociales dans le cadre des enquêtes initiées par gouvernement congolais sur la prise en charge des enfants de la rue à Kinshasa. Selon les enquêteurs, Jeunes au Soleil est parmi les structures qui font un bon travail dans le cadre de la protection de l’enfance. Cependant, quelques aspects sont à améliorer, notamment les sanitaires et la cuisine.

Le défi à venir est donc de repenser l’espace et de trouver des moyens de faire face à des changements indispensables au sein de la structure pour une meilleure prise en charge des enfants hébergés.

A la fin de ce deuxième trimestre, plusieurs travaux sont en attente de financement et important à faire :

–       Construire un magasin car le salon sert aujourd’hui de dépôt. Cela est dérangeant pour les enfants, les éducateurs et la vie de la maison (1500 dollars en attendant le grand projet de mise en étage),

–       La réparation de la voiture accidentée (1000 dollars).

–       Agrandissement et amélioration des sanitaires et de la cuisine, construction d’une salle polyvalente supplémentaire au dessus des sanitaires (9200 dollars)

Par ailleurs, la Maison Jeanne Thérèse a montée une pièce de théâtre avec les enfants sur la vie dans la rue « la mort de Jimmy » dans le cadre de la sensibilisation sur le phénomène enfants de la rue. Tous les enfants ont participé avec joie. Cette réalisation a permis de renforcer les liens existants entre les enfants eux-mêmes, mais aussi avec les éducateurs. Par ailleurs cette pièce permet aux enfants de travailler sur l’estime de soi et la manière de se présenter et de s’exprimer devant un public avec assurance, eux qui se croyaient en marge de la société.

Les finances :

Le budget de Jeunes au Soleil a été réaménagé au cours du trimestre avec l’arrivée du financement de la Banque Mondiale. Aujourd’hui il est réparti de la manière suivante :

–       40,73 % est assuré par le consortium

–       24,01 % est pris en charge par la Banque Mondiale

–       22,69 % est financé par Jeunes au Soleil Paris

–       12,57 % doit être pris en charge par Jeunes au Soleil Kinshasa sachant que Paris peut y participer en fonction de ces apports.

Nous sommes satisfaits de l’évolution du projet en faveur des enfants de la rue. On peut lire dans les yeux des enfants la joie et l’espérance créer par ce nouveau projet en leur faveur. Ils sont fiers de se considérer enfants d’une famille et refuse d’ores et déjà l’étiquète d’enfants de la rue.

Cependant, Jeunes au soleil doit faire des efforts pour améliorer les conditions de vie dans la Maison Jeanne Thérèse.

Fait à Kinshasa le 10 juillet 2014.

Richard BAMPETA, Président

Rapport d’activités 1er trimestre 2014

L’année 2014 est marquée pour l’association Jeunes au Soleil, par le début du projet financé par l’AFD par le biais d’un consortium (Fondation d’Auteuil, Secours Catholique, CCFD). Ce projet implique pour la structure Maison Jeanne-Thérèse de transformer son activité : passer du milieu ouvert au centre d’hébergement. Pour cela l’équipe a fait un grand travail de sélection des enfants qui seront pris en charge. En effet, dans le cadre du milieu ouvert, une trentaine d’enfants fréquentaient le centre, en y passant une nuit, quelques nuits ou encore toutes les nuits du mois. Pour ces derniers, la structure était déjà semi-ouverte. Chaque semaine, deux réunions avec l’équipe avaient lieues et une avec les enfants. Le premier critère était que les enfants indiquent les adresses de leur famille afin d’effectuer des enquêtes et les réunifier dans la mesure du possible. Les enfants qui ont refusé de donner leurs adresses, ne sont plus revenus au centre. Ceux qui étaient trop instables, incapables de respecter des règles et une vie en internat ont aussi quitté le centre d’eux-mêmes préférant une vie dans la rue sans contrainte. Ces derniers sont toujours en contact avec les éducateurs qui se rendent maintenant sur les sites et terrains repérés comme lieux d’occupation des enfants aux alentours de la Maison Jeanne-Thérèse.

La date qui marque le début du travail en centre d’hébergement est le 8 mars 2014.

Les enfants :

Au 31 mars 2014, nous affichons :

–       17 enfants hébergés à la Maison Jeanne-Thérèse de 10 à 16 ans dont :

  • 2 étudient au centre professionnel Dom Bosco à Masina
  • 2 étudient à l’école primaire Saint Vincent de Paul à N’Djili
  • 13 sont en cours d’alphabétisation, remise à niveau à la Maison Jeanne Thérèse.
  • 9 sont en contact avec leurs familles avec lesquelles un travail se fait.

–       9 enfants encadrés à partir du terrain et des sites

–       7 enfants réunifiés dont 6 appuyés par une AGR (Activité Génératrice de Revenu)

L’association Jeunes au Soleil souhaite accompagner ces enfants et jeunes sur leur chemin de croissance en vue de devenir des adultes responsables. Elle mettra l’accent sur le lien avec les familles quand celles-ci sont connues, sur la formation scolaire ou professionnelle et surtout sur le développement des valeurs humaines.

L’équipe :

L’équipe de Jeunes au Soleil est composée de six agents :
–       Une directrice,
–       Un éducateur-enquêteur,
–       Un éducateur social attaché à la Maison Jeanne-Thérèse,
–       Un enseignant pour l’alphabétisation et la remise à niveau,
–       Deux éducateurs sociaux attachés au travail dans la rue : repérage et contact avec les enfants qui se trouvent sur les sites.

Les missions de ces deux derniers n’ont commencé qu’au début du mois de mars. Ils doivent se familiariser par leurs nouvelles tâches, se faire connaitre et repérer par les autorités des sites. Petit-à-petit, ils observent et apprivoisent les enfants qu’ils rencontrent sur les marchés. L’objectif principal de leur présence sur le terrain est de repérer les nouveaux enfants dans la rue, les contacter, gagner leur confiance afin de les identifier et travailler une réunification la plus précoce possible. Le travail d’enquête et de médiation familiale, se fait ensuite en lien avec l’éducateur en charge des enquêtes.

L’enseignant est arrivé début mars pour donner aux enfants, du lundi au vendredi, des cours d’alphabétisation et de remise à niveau.

Seul un éducateur social n’est pas pris en charge par le Consortium pour sa rémunération. Il est payé par JOS-Paris.

La structure et son fonctionnement :

La Maison Jeanne-Thérèse est composée de deux chambres dortoirs, dans lesquels il faudrait encore aménager deux lits de trois places. Le nombre de mousses est insuffisant pour le nombre d’enfants. Pour conserver leurs biens, les enfants ont besoin d’un meuble de rangement avec au moins 20 cases.

La salle à manger ou grande salle contient trois grandes tables, des bancs, ainsi qu’un meuble avec la télévision.

Il y a un local pour le rangement des provisions.

Une pièce qui sert de bureau pour les éducateurs et enfin il existe une salle de réunion pour le personnel.

A l’extérieur se trouvent des sanitaires et une cuisine.

Les locaux sont propres, mais des travaux complémentaires d’aménagement seraient nécessaires.

Depuis le 8 mars, toute une logistique d’intendance s’est mise en place pour nourrir les enfants avec une bouillie le matin et un repas consistant en fin de journée. L’association cherche à développer des contacts pour alléger cette charge qui représente aujourd’hui la plus grosse ligne de son budget.

A ce jour, deux travaux d’urgence attendent un financement :
–       La réparation du mur d’entrée qui soutient le portail
–       La réparation de la voiture accidentée.

Les finances :

Le budget de Jeunes au Soleil est de 35 376 dollars pour l’année 2014 :
–       45,81 % est assuré par le consortium
–       19,93 % est financé par Jeunes au Soleil Paris
–       34,26 % doit être pris en charge par Jeunes au Soleil Kinshasa sachant que Paris peut y participer en fonction de ces apports.

Depuis octobre 2013, le conseil d’administration de Jeunes au Soleil Kinshasa se réunit régulièrement. Il a officiellement mis fin à l’idée de collaborer avec la communauté des Pères du Saint Esprit pour la gestion de la Maison Jeanne-Thérèse, car depuis plus d’une année aucun de leurs membres n’était disponible pour cette mission de coordination.

Fait à Kinshasa le 10 avril 2014.

Richard BAMPETA, Président